Changer de bocal pour
Changer la société

 

La présidence d'Emmanuel MACRON

Anecdotes pas anodines

 

Un gouvernement aux abois...
Une République en Marche.... vers un avenir inquiétant!

Un ministre des comptes publics qui ne sait pas calculer!
Macronie: Amateurisme ou début de déliquescence ?
Affaire Benalla
L.R.E.M: La Révolution Exemplaire de Macron?
Le nouveau monde annoncé est-il différent de l'ancien?
Puisque Macron et Larem nous le disent...


Comprendre la politique du "en même temps"

Cette politique paradoxale suppose que l'on va accomplir une chose et, "en même temps", son contraire.

Déjà, lors de son annonce de candidature le 16 novembre 2016, Emmanuel Macron déclarait: "Je veux libérer l’énergie de ceux qui peuvent. Et protéger vraiment les plus faibles, avec des nouvelles protections individuelles".
-->
En clair cela veut dire libérer les contraintes des possédants pour exploiter encore mieux les exploités.

Pendant sa campagne électorale il s’est revendiqué du slogan "ni droite, ni gauche"
--> donc les deux en même temps.

Un peu plus tard il veut placer la République sous l’enseigne de la fraternité mais évoque "en même temps" ces "gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien".
--> La fraternité des mots qui cache le réel mépris pour "ceux qui ne sont rien".

Avec la réforme du Code du Travail il veut faciliter les licenciements et, "en même temps", offrir plus de sécurité aux salariés.
--> On voudrait bien comprendre!!!

Puis il diminue les APL de cinq euros, baisse les loyers d’autant et, "en même temps", sans mettre les bailleurs sociaux en difficulté financière, et tout en faisant des économies budgétaires.
--> Diminution des APL autoritaire. Baisse des loyers à l'appréciation des bailleurs...

2018 pour les retraités: Il baisse les pensions et "en même temps" augmente les taxes.
--> Donnez moi les moyens de vous faire des cadeaux!

Ecologie: Il taxe les carburants pour des raisons écologiques mais "en même temps" encourage le pétrolier Total à poursuivre ses opérations d’exploration dans les eaux territoriales de Guyane en vue de forages d’hydrocarbures off-shore... Source: Marianne
--> Si vous voulez du carburant moins cher et préserver la planète il faut aider Total, le protecteur bien connu de l'environnement...

-----------------------

Prétendre gagner sur deux tableaux à la fois est une équation difficile à tenir comme le prophétisait avec humour Jean d’Ormesson durant la campagne: "Macron, c’est le grand flou. Entre l’électeur de droite et l’électeur de gauche qui votent pour Macron, l’un des deux, forcément, sera cocu, mais toute l’intelligence de Macron est de faire croire à l’un que ce sera l’autre et inversement".

La politique du "en même temps" c'est, au final, perdre sur les deux.

Gouverner c’est prévoir, paraît-il.
Gouverner c’est surtout "faire croire" à une opinion publique inquiète, des fictions pour arracher sa confiance.
Ce centrisme ramasse-tout ne peut conduire qu’à des solutions qui déçoivent sur l’ensemble des sujets, à la manière des synthèses bancales dont le feu le PS s’était fait une spécialité (et qui lui a valu sa mort).


 


24 février 2018: Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, veut faire payer l’impôt sur le revenu à tous les Français.

C'est une idée parfaitement acceptable Madame la Ministre, puisqu'en effet, seuls 43 % des foyers fiscaux s’en acquittent aujourd’hui; les autres en sont exonérés du fait de la faiblesse de leurs revenus.

Donc OK Madame Gourault! A la double condition:

  • 1- que TOUS les Français perçoivent un revenu qui justifie l'impôt, au minimum égal au SMIC,
  • 2- que TOUS les Français paient - tous impôts confondus, directs et indirects - proportionnellement à leurs revenus, ce qui est loin d'être le cas des riches!

Macronie: Amateurisme ... suite


Affaire Benalla:
Un rapport accablant de la commission d'enquête du Sénat, véritable bombe à retardement

20.02.2019 la commission d'enquête du Sénat, qui a planché pendant 6 mois sur l'affaire Benalla, rend publiques ses conclusions.

Nous nous rappelons qu'une commission identique avait débuté la même enquête à l'Assemblée Nationale. Dirigée et verrouillée par les députés LAREM de la majorité, cette commission avait rapidement été torpillée et coulée au prétexte que l'opposition voulait se substituer à la justice pour faire le procès du Régime. En clair, pour arrêter de mettre au grand jour les dysfonctionnements à l'Elysée et pour ne pas nuire au Président.

La même commission sénatoriale, elle, est allée au bout de ses investigations et a conclu a une série de "dysfonctionnements majeurs" à l’Elysée. "Si ces agissements sont ceux d’un homme, ils ont été rendus possibles par un système", a déclaré Muriel Jourda, sénatrice co-rapporteure de cette commission.

La Commission estime, entre autres, qu’il faut saisir la justice pour plusieurs faux témoignages, de Benalla et Crase mais aussi de trois hauts responsables à l'Elysée.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux croit devoir affirmer aussitôt que le rapport de la commission d'enquête du sénat comporte des contre-vérités, sans en préciser lesquelles, et visiblement sans avoir lu le rapport de quelques 140 pages qui vient d'être rendu public il y a moins d'une heure... vidéo France Info. A la date de mise à jour de cette page on attend toujours l'énoncé de ces contre-vérités...

Ce n'est pas la seule maladresse commise par Benjamin Griveaux lors de sa prise de parole. "Nous sommes très attachés à la séparation stricte des pouvoirs dans notre pays (...) Mais je trouve curieux que les assemblées aient à se prononcer sur l'organisation du pouvoir exécutif. Si le pouvoir exécutif se prononçait sur l'organisation du travail des assemblées, on crierait à la fin de la séparation des pouvoirs", a par ailleurs regretté M. Griveaux.

C'est oublier un peu vite que l'article 24 de la Constitution indique que "le Parlement vote la loi. Il contrôle l'action du gouvernement. Il évalue les politiques publiques".

Les sénateurs de la commission d'enquête sont donc constitutionnellement dans leur rôle lorsqu'ils s'interrogent sur le fonctionnement du pouvoir exécutif.

 



80 km/h: la mesure sacrifiée pour faire remonter la cote de Macron?

La cote de popularité du chef de l'Etat est au plus bas. Le passage aux 80Km/h est l'une des causes de cette chute. Cette mesure est très impopulaire et n'est soutenue que par 14% des Français. Elle a été interprétée comme une décision autoritaire visant exclusivement à remplir les caisses de l'Etat via les procès verbaux d'excès de vitesse. D'où la vandalisation de 60% des radars fixes.

Dans l'éventail des mesures annoncées pour tenter d'apaiser le conflit des gilets jaunes, le président de la République a évoqué une possible "révision" de la mesure.

 

Un gouvernement aux abois...

18.12.2018: Le gouvernement Philippe ne sait plus quoi faire.
Face à l'ampleur et aux conséquences de l'insurrection des gilets jaunes, les annonces se multiplient, s'additionnent, se soustraient, tandis que gouvernement et majorité se divisent en multipliant les annonces contradictoires!

Mi-novembre Edouard Philippe dévoilait plusieurs mesures destinées à apaiser le mécontentement des gilets jaunes.

Mardi 18 décembre Matignon annonce que le gouvernement va finalement renoncer à une partie de ces mesures:

  • l'extension du chèque énergie à 2 millions de nouveaux bénéficiaires, à hauteur de 60 euros annuels.
  • Le relèvement du barème kilométrique
  • le doublement de la prime à la conversion "pour les actifs qui se déplacent beaucoup"

Le premier ministre estime que depuis l'annulation de la hausse des taxes sur l'énergie et les mesures en faveur du pouvoir d'achat, ces mesures du 14 novembre ne s'imposent plus.

Rétropédalage: Dans la même journée le porte parole du gouvernement explique qu"Après discussion avec les parlementaires de la majorité, le gouvernement maintient l'ensemble des mesures annoncées par le Premier ministre en novembre. L'accompagnement de la transition écologique sera l'un des enjeux clefs du futur grand débat national".

 

Une République en Marche.... vers un avenir inquiétant!

Selon "Le Monde" et "Le Huffington Post", le think tank Terra Nova a réalisé, en juin 2018, un sondage au sein des seuls adhérents à La République en Marche (et non de l’ensemble des Français). Parmi les sujets traités dans ce sondage, hébergé sur le site du parti présidentiel, on demandait aux militants de se positionner sur ces affirmations:

« L’islam est une menace pour l’Occident »
« Il y a trop d’immigrés en France »
« On ne se sent pas chez soi comme avant »
« Les chômeurs peuvent trouver du travail s’ils le veulent vraiment »

Et une autre, bien plus inquiétante encore:

« La France doit avoir à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections. »

Doit-on en conclure, comme Marie-Noëlle Lienemann, que le parti présidentiel est «en marche vers les thèses de l’extrême droite»?

 

Un ministre des comptes publics qui ne sait pas calculer!

Le 8 novembre 2018, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, s'est empressé de fêter l'augmentation des salaires en publiant sur Twitter une feuille de paye, censée montrer l'économie pour un salarié lambda gagnant autour de 2.400 euros nets.

---> Economie annoncée: 357 euros

Mais... l'économie annoncée correspond à une baisse des cotisations patronales et non salariales.

Une heure après la première publication, la fiche de paye a été remplacée par une nouvelle, établie pour un salarié gagnant 200 euros de plus que le smic soit 1700 euros.

---> le salarié n'économise en réalité que 24.7 euros!

Belle opération de Darmanin qui montre ainsi que c'est, une nouvelle fois, le patron qui est fortement gagnant, et non le salarié.

Cf. Franceinfo "désintox"

 

Macronie: Amateurisme ou début de déliquescence ?

 

28.08.2008: Démission fracassante de Nicolas Hulot, par simple annonce à la presse et sans respect protocolaire. Il en a assez d'avaler des couleuvres et "ne veut plus [se] mentir".

04.09.2018: Laura Flessel, ministre des sports, très populaire, démissionne du gouvernement... officiellement pour renouer avec "des engagements passés, justement tournés vers l'humain, la solidarité et la coopération internationale".

11.09.2018: La cote de Macron vers le crash?
29% d'opinions favorables: La cote du président de la République s'est effondrée de 12 points depuis le mois de juin 2018. Son plus faible niveau de popularité dans le baromètre Odoxa pour France Inter.

01.10.2018: Gérard Collomb, ministre de l'intérieur, démissionne... est retenu par E. Macron... puis redémissionne le lendemain.
Déjà, le 06.09.2018, Collomb avait dénoncé "le manque d'humilité du Président" en précisant
"nous ne sommes pas nombreux à pouvoir encore lui parler". Il avait aussi annoncé qu'il préférait la mairie de Lyon au ministère de l'intérieur.

Le nouveau monde macronien serait-il déjà à court de candidats pour remplacer le "vieux" Collomb? Ce ne sont pourtant pas les candidats au poste (et à ses avantages) qui manquent en magasin, mais plutôt les compétences:

  • Le ministre de l'intérieur est présenté comme le N°2 du gouvernement,
  • Son poste est hautement sensible: le ministre de l'intérieur est responsable de la sécurité des Français; il est aussi chargé de l'organisation des élections.
  • Il doit être quelqu'un en qui le président et le premier ministre ont un très fort coefficient de confiance: proche, sur la même ligne politique, fidèle et entièrement dévoué.
  • Il doit assurer, en plus de sa mission technique, le SAV des décisions politiques.

 

Rappel, pour mémoire: le 21.06.2017, quatre ministres: Richard Ferrand, François Bayrou, Marielle de Sarnez, Sylvie Goulard sont sortis du gouvernement pour conflits d'intérêt et soupçon de détournement de fonds publics et financement d'emplois fictifs.

Avec Collomb, c’est quand même le septième ministre qui s’en va... Et surtout, qui s'en va dans des circonstances ubuesques!

  • E. Macron avait voulu 3 ministres d'Etat: Bayrou, Hulot et Collomb. Les trois sont "défaillants".
  • G. Collomb, ancien socialiste dissident et opportuniste, tombe "amoureux" d'E. Macron au point de verser des larmes à son investiture le 14.05.2017... mais l'abandonne moins d'un an et demi plus tard.
  • E. Macron, qui se veut le "Maître des horloges" est informé de la démission de N. Hulot par voie de presse. Il se voit, de même, imposer la démission de G. Collomb 24 heures après lui avoir renouvelé sa confiance et son soutien.
  • E. Macron se trouve exactement dans la situation où il avait lui-même abandonné F. Hollande le 30.08.2016 en mettant le gouvernement dans l'embarras.
  • Surpris et impréparé, E. Philippe est contraint d'assurer lui-même l'intérim du ministère de l'intérieur avant de trouver le bon remplaçant.
  • Ironie supplémentaire: Le braqueur récidiviste Redoine Faïd a été arrêté à 4 heures du matin, en pleine vacance du ministère de l'intérieur... démontrant ainsi que la gestion de la France n'est pas entre les mains des politiques en poste, mais bien entre des mains techniques et administratives. Les politiques en poste n'ont qu'un rôle symbolique de "chapeau".

 

Quand les rats quittent le navire...

Les défections ne touchent pas que le gouvernement. La fronde gagne aussi les rangs de LREM. Ainsi, la productrice Frédérique Dumas, élue députée des Hauts de Seine, ne se reconnaît plus dans le groupe LREM: "Manque de sens, manque d’écoute, technocratie… On a le sentiment d’être sur le Titanic".

 

 

 

Affaire Benalla

Alexandre Benalla, un proche collaborateur du président de la République, équipé d’un casque à visière des forces de l’ordre, alors qu’il n’est pas policier, s'est livré à des violences sur un jeune homme à terre. Les faits se sont déroulés le 1er mai 2018, place de la Contrescarpe à Paris sous les yeux de la "vraie" police qui n'est pas intervenue. Ils n'ont été divulgués que le 18 juillet par le journal Le Monde, date à laquelle l'auteur a été identifié sur des vidéos par un journaliste.


Alexandre Benalla, membre du cabinet du président de la république

Voir la video
Voir la vidéo décryptée par Francetvinfo

Commentaires:

Ces exactions n'ont été que très légèrement sanctionnées par une simple mise à pied de 15 jours. Et l'affaire a été étouffée. Alexandre Benalla a retrouvé ses fonctions d'avant. Il était présent et actif le 1er juillet à l'accueil de Simone Veil au Panthéon, au défilé du 14 juillet, dans le bus des Bleus lors du défilé sur les Champs-Elysées, le 16 juillet.

On apprend par ailleurs (Source BFM TV) que Benalla bénéficiait, depuis sa mise à pied, et après rétrogradation dans ses fonctions, d'une voiture de police (Renault Talisman) hautement équipée et, depuis le 9 juillet, d'un logement de fonction dans une dépendance luxueuse de l'Elysée au 11, quai Branly à Paris.

Bennala disposait également d'un permis de port d'arme et d'un badge d'accès à l'Assemblée Nationale classé au plus haut niveau de sécurité qui lui ouvrait les portes de l'ensemble de l’hémicycle.

Selon la même source, Benalla, qui n'a que 26 ans, a été promu au grade de lieutenant-colonel de la réserve citoyenne, affecté au cabinet du directeur général de la gendarmerie: un haut rang dans la réserve citoyenne.

Le 19 juillet trois cadres de la préfecture de police de Paris ont été suspendus, selon une information du Monde : le contrôleur général Laurent Simonin et le commissaire Maxence Creusat, tous les deux membres de l’état-major de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) à la préfecture de police et le commandant chargé de faire la liaison entre la préfecture et l’Elysée. Ils sont soupçonnés d'avoir transmis à Benalla des vidéosurveillances des faits, le soir même des révélations du Monde.

Le 20 juillet, Benalla est placé en garde à vue. Le même jour il est licencié par la présidence de la République au motif que l'intéressé s'est procuré "illégalement" les vidéos fournies par les agents de la préfecture de police.

En d'autres termes, le fait de se procurer les vidéos de ses actes mérite licenciement, alors que les actes eux-mêmes, commis le 1er mai, ne méritaient qu'une mise à pied. Drôle d'équilibre entre les causes et les conséquences !!!


Le 20 juillet: Une perquisition au domicile de Benalla pose question
Les enquêteurs se rendent au domicile de Benalla, en sa présence, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) pour perquisitionner le logement. Benalla n'a pas les clés et refuse de coopérer. Le logement est mis sous scellés en attendant le lendemain matin.
Samedi 21 juillet, 06H35: Une unité spécialisée ouvre la porte, toujours en présence de Benalla. Un coffre-fort censé contenir des armes a été déplacé durant la nuit.

Le 22 juillet Benalla, son ami Vincent Crase (ancien employé de LREM) et les trois policiers suspendus sont mis en examen. Benalla pour "violences en réunion, immixtion dans l'exercice d'une fonction publique, port public et sans droit d'insignes réglementés, recel de détournement d'images issues de la vidéo-protection et recel de violation du secret professionnel". Crase pour "violences en réunion, immixtion dans l'exercice d'une fonction publique et port prohibé d'arme de catégorie B". Les trois policiers pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection et violation du secret professionnel".

Le 23 juillet le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et le préfet de police Michel Delpuech sont entendus par une commission d'enquête de l'Assemblée Nationale. L'un et l'autre se défaussent de leur responsabilité sur l'Elysée...

Alain Gibelin directeur de la DOPC, également auditionné le 23 juillet, confirme que Simonin a bien transmis les vidéos à Bennala. Il affirme aussi que Bennala a continué à représenter l'Elysée aux réunions entre le 4 et le 19 mai avec la DOPC alors même qu'il était suspendu par la mise à pied du 2 mai. Le lendemain, après que l'Elysée a démenti la participation de Bennala à ces réunions, Gibelin revient sur ses déclarations...

Les exactions du 1er mai ont été tues pendant 2 mois 1/2 jusqu'aux révélations par Le Monde.

Enfin, la rumeur lui attribue la responsabilité de l'organisation imminente d'une garde rapprochée privée du Président de la République.

Tous ces passe-droits, ces avantages, cette protection, ces exactions enfin, nous rappelent le temps des barbouzes et d'un certain service d'action civique (SAC), créé (officiellement) en 1960 pour constituer une «garde de fidèles» dévouée au service inconditionnel du général de Gaulle après son retour aux affaires en 1958, et qui fut souvent qualifiée de police parallèle.

Emmanuel Macron nous promettait un nouveau monde dans lequel tous les serviteurs de la République auraient un comportement EXEMPLAIRE. Il semble plus prompt à faire la leçon à quelque collégien naïf qu'à sanctionner ses propres brebis galeuses.

Les Français jugeront.

 

Suites du feuilleton:

24.07.2018: Macron rompt le silence
Devant un parterre de ministres et de députés LREM, donc acquis à sa cause, il déclare être le seul responsable dans l'affaire Benalla: "C'est moi qui ai fait confiance, c'est moi qui ai confirmé la sanction" ... "Qu'ils viennent me chercher" lance-t-il, comme un défi de cour d'école, à l'opposition et à tous ceux qui réclament la transparence et qui réclament maintenant qu'il s'exprime, non devant son clan, mais devant ses 66 millions d'administrés.

--> Monsieur Macron sait très bien que la Constitution le rend intouchable pendant son mandat. Alors pourquoi un tel défi impossible ?

--> Mais au fait, si les affaires étaient aussi simples et limpides que l'a dit E. Macron, pourquoi avoir laissé s'installer une crise? Il aurait pu dissiper les malentendus en faisant cette déclaration dès le début de l'affaire. Tout porte donc à croire que le sac contient encore beaucoup d'oursins.

--> Ils sont maintenant deux à revendiquer la responsabilité de la sanction infligée à Benalla: Emmanuel Macron et Patrick Strzoda, le directeur de cabinet de l'Elysée.

25.07.2018: Benalla a touché son salaire intégral pendant sa mise à pied.
Devant la commission d'enquête du Sénat, Patrick Strzoda affirme: "M. Benalla a touché pour le mois de mai son salaire intégral". En totale contradiction avec ce qu'il a annoncé le jour précédent devant la même commission à l'Assemblée Nationale.

--> M. Strzoda a expliqué que les sommes correspondant à la mise à pied seraient déduites au moment d'établir le solde de tout compte. Or, au moment de la paie de mai le licenciement n'était pas à l'ordre du jour et donc le solde de tout compte non plus! Donc Strzoda ment.

25.07.2018: Benalla donne une interview au Monde. Ses contradictions:

--> Interrogé sur l'obtention du badge H, un sésame de haut niveau qui lui donnait accès à l'hémicycle de l'Assemblée nationale, il répond: "Je l’ai demandé tout simplement parce que j’aime aller à la salle de sport de l’Assemblée". Or il n'est pas nécessaire d'avoir un badge H pour accéder à la salle de sport.

--> Interrogé sur le fait qu'il était habilité "secret-défense", il répond: "Au cabinet, tout le monde est habilité". Du jamais vu selon Romain Pigenel, ancien membre du cabinet de François Hollande.

26.07.2018: La commission d'enquête à l'Assemblée implose
Aussitôt après l'intervention de M. Macron devant son clan le 24.07, le groupe LREM essaye par tous les moyens d'empêcher que la crise déclenchée par Benalla ne révèle d'autres affaires dans l'affaire. La présidente LREM de la commission fait obstruction à toute autre audition que celles déjà programmées. Ce qui entraîne la suspension de la participation de tous les groupes d'opposition, afin de ne pas cautionner des conclusions qui seraient téléguidées depuis l'Elysée.


Les bancs de la commission d'enquête désertés par l'opposition.

31.07.2018: Une nouvelle vidéo du 1er mai accable Benalla
Franceinfo et Mediapart publient une nouvelle vidéo montrant Benalla et Crase jouant aux policiers.

 

 

L.R.E.M: La Révolution Exemplaire de Macron?

La vague Macron aux présidentielles de 2017 est présentée dans (presque) tous les media comme une révolution de la façon de pratiquer la politique: Le tout nouveau parti LREM sera un parti irréprochable à tous points de vue; pas de moutons noirs, pas de brebis galeuses ni égarées par l'argent, pas de saute-moutons ou autres passe-droits, pas de loup déguisé en agneau. Que de bien gentils moutons entièrement dévoués à la cause nationale servant le bon peuple, ce bon peuple qu'il faut arrêter de tromper et de tondre.

Moutons noirs. Dès le 24.07.2017 des membres de LREM contestaient le manque de démocratie interne du mouvement, et se constituaient en collectif pour engager une procédure en référé devant le tribunal de Créteil au motif que "les statuts proposés cantonnent les adhérents à un rôle de supporter et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale".

A la veille du premier congrès LREM le 18 novembre 2017 à Lyon, une centaine de marcheurs, dont des élus, vont quitter le jeune parti, estimant que "les nouveaux statuts ne permettent ni la liberté d'opinion, ni une critique interne du pouvoir contre ses propres abus". Ils ont publié une tribune dans laquelle ils dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche, notamment pour choisir la nouvelle direction du parti. Ils ne supportent pas que, contrairement à ce qui se passe dans d’autres partis, les adhérents de LREM ne sont pas appelés à voter. Les dirigeants seront désignés par un panel d’élus, de ministres, de cadres et 200 militants tirés au sort. Il n’y a qu’un seul candidat au poste de délégué général: Christophe Castaner, imposé par Emmanuel Macron.

Et de conclure:
"Les 100 citoyens que nous sommes, indépendants, libres, militants des droits de l'Homme, partisans de la démocratie ne peuvent pas continuer au sein d'un mouvement ou parti sans ligne politique qui n'a pas su s'appuyer sur les piliers de la démocratie et qui a nié avec arrogance et mépris l'intelligence du peuple".
Voir le texte intégral de leur lettre.

 

Comptes de campagne: Le 07.06.2018 plusieurs Media (Mediapart, Le Monde, Franceinfo) ont enquêté sur les comptes de campagne d'Emmanuel Macron. Ils ont découvert des rabais "étonnants" accordés pour des locations de salle pour des meetings:

Le 7 septembre 2016, les militants d’En Marche dans le Rhône sont invités à un rassemblement festif, avec apéro, sur une péniche à Lyon autour de Gérard Collomb, maire, président de la métropole et premier soutien d’Emmanuel Macron. Voici la facture éditée par Franceinfo:

Agrandir

Franceinfo a demandé un devis pour une prestation fictive similaire: montant: 2.925 €. Le plus étonnant: La "remise" est supérieure au montant de la prestation !!!

Le 06.02.2017, Bobino (propriétaire: Jean-Marc Dumontet, proche de Macron) a été facturé seulement 3.000 € à Macron alors que le tarif normal est de 13.000 €.
Le 08.03.2017, le théâtre Antoine (Jean-Marc Dumontet co-propriétaire avec Laurent Ruquier) a été facturé seulement 3.000 € à Macron alors que le tarif normal est de 13.000 €.

Agrandir

Ces deux factures qui ne détaillent aucune prestation (Eclairage, Régie, sono, sécurité,...) ont été acceptées sans broncher par la Commission nationale des comptes de campagne.

Le 2 mars 2017 la salle Bellevilloise est facturée 200 € à Macron et les "packs son et vidéo" sont offerts.
Le 20 mars 2017, la même salle Bellevilloise est facturée 4 838,40 euros à Benoît Hamon.
Le 5 avril 2017 la salle Bellevilloise est à nouveau facturée 200 € à Macron et les "packs son et vidéo" sont offerts.
Le 8 avril 2017, la même salle Bellevilloise est à nouveau facturée 4 838,40 euros à Benoît Hamon.

26 avril 2017 meeting d’Arras: Selon les calculs de Franceinfo, "le montant global des remises pour ce seul meeting d’Arras [facturés par Eurydice dont le directeur commercial Arnaud Jolens sera embauché par Macron à l’Elysée après l’élection] ne s’élève pas à 2.900 euros mais à plus de 22.000 euros pour une prestation totale facturée 61.521,47 euros HT".

Interrogée par Franceinfo, la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) a expliqué que le délai légal dont elle disposait pour statuer sur les comptes était "écoulé" et qu’elle n’avait "plus compétence pour rouvrir a posteriori le dossier."

Pourtant, l’article L52-8 du code électoral stipule que: "Les personnes morales, à l'exception des partis ou groupements politiques, ne peuvent participer au financement de la campagne électorale d'un candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni en lui fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués."

Pour la CNCCFP des rabais allant jusqu'à 75% du prix habituel ne seraient donc pas anormaux et ne constitueraient donc pas une effraction à la loi.

Dans une course automobile en F1, est purement et simplement déclassé le coureur qui a gagné grâce à un moteur trafiqué. Idem pour les mauvais sportifs qui sont confondus pour dopage. Les exemples ne manquent pas...

Or, la Commission des comptes de campagne valide des comptes non conformes à la loi électorale en fermant les yeux sur les "dopages" clairement établis. Et bizarrement (Comme c'est bizarre ? ! ? !) le code électoral ne prévoit ni n'accepte aucun recours d'un tiers contre la décision de la CNCCFP même si des irrégularités flagrantes sont dûment avérées.

Assurément, la clique des dominants tricheurs a bien prévu tous les verrouillages pour assurer son impunité.

C'est celà le nouveau monde de Macron?
C'est celà que l'on nomme démocratie?

 

 

Le nouveau monde annoncé est-il différent de l'ancien?

Dans la bouche de Macron il y a surtout du mépris lorsqu'il oppose l'ancien monde à "son" nouveau monde.

L'ancien monde semble être celui des gens qui ont déjà un pied dans la tombe, les hommes du passé, comme les retraités qui ne semblent plus présenter aux yeux de Jupiter qu'un intérêt résiduel: remplir les caisses de l'état du nouveau monde (+1,7% de CSG, désindexation des retraites sur le coût de la vie) et jeter le reste de leur épargne dans le circuit de la consommation.

Le nouveau monde est celui dont la Nouvelle Histoire de France commencerait avec Emmanuel Macron lui-même. Celle dont le premier acte a été l'intronisation théâtrale du 7 mai 2017, une intronisation dont le bling bling sentait déjà l'ancien puisque déjà utilisé par Sarkozy 10 ans plus tôt!

Ce qui est nouveau dans ce nouveau monde c'est surtout le paraître. Il faut donner l'impression de bouger, d'être sur toutes les scènes en même temps. Il faut faire grand usage des phrases ronflantes.... mais qui, malheureusement, ne sonnent que le creux:

"La solution est en nous"
"Nous croyons en l'espérance"
"Il ne faut laisser personne sur le bord du chemin"
"Nous pouvons nous réconcilier"
Il faut "faire émerger" les solutions
Et il y aura de la "verticalité" mais avec le "souci de l'horizontalité"

Quant aux décisions qui ont été prises depuis le début de ce nouveau monde? qu'ont-elles de nouveau?

 

La loi travail a détricoté ce que le Code du Travail avait conquis en ... 1910. Depuis cette date le Code du Travail imposait à tout employeur un minimum de règles à respecter. Les accords de branche ou d’entreprise pouvaient proposer des règles plus favorables. Depuis la loi travail de Macron l'employeur peut -- à l'inverse ! -- imposer par dérogation au Code du Travail, des rémunérations moindres à qualification égale, ou un temps de travail allongé sans augmentation de salaire, ou des protections collectives moindres... C'est le principe d’inversion de la hiérarchie des normes. Un retour en arrière de plus d'un siècle, c'est cela le nouveau monde ?

 

La laïcité : La loi instaurant définitivement la séparation de l’église et de l’Etat a été votée en 1905. Son article 2 stipule que La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. Or, en Avril 2018 Emmanuel Macron, au cours d'un discours devant la Conférence des évêques de France au collège des Bernardins à Paris se met à penser pour les Français: "Nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l'Église et l'État s'est abîmé et qu'il nous importe à vous comme à moi de le réparer".
Le 26.06.2018 Macron est reçu par le Pape François pendant 57 minutes. Soit 5 minutes de plus que Barack Obama, mais surtout plus du double du temps accordé, en leur temps, aux précédents présidents de la République Française. Preuve que le rapprochement de l'Etat et de l'église catholique est beaucoup plus qu'une péripétie anecdotique. Ce long entretien signe le retour au temps béni où l'Etat était sous la tutelle de l'église catholique, ce qui est une bien mauvaise nouvelle pour la Laïcité.
Le pire est qu'Emmanuel Macron, soit allé chercher auprès du pape François son titre de "premier et unique chanoine honoraire de Latran" ce qui nous ramène à louis XI. Par cet acte, au lieu d'être le premier représentant de la Laïcité, le président de la République Française s'est fait le curé du pape. C'est cela le nouveau monde ?

Agrandir

 

Le monde des riches et celui des pauvres: Abrogation de l'impôt sur la fortune des très riches, augmentation immédiate de la CSG "compensée" par une diminution différée de la taxe d'habitation qui sera elle-même "compensée pour l'Etat" par une augmentation de la taxe foncière... C'est cela le nouveau monde ?

 

Les copinages:

Copains Nomination cadeau Justification
Philippe Besson, écrivain Consul général de France à Los Angeles Un personnage de roman, qui narre de façon très élogieuse la campagne présidentielle d'E. Macron.
Bruno Roger-Petit, journaliste porte-parole de l'Elysée Production prolifique de chroniques en faveur de l'ancien ministre de l'Economie.
Bertrand Delais Patron de
La Chaîne parlementaire
Documentaire Macron, en marche vers l'Elysée
Stéphane Bern "conseiller historique" de la Mission patrimoine "Si tout cela n'est qu'un effet d'annonce, je partirai. Je ne veux pas être un cache-misère ni un pantin".
Erik Orsenna, écrivain et académicien "ambassadeur de la lecture" auprès de la ministre de la Culture Françoise Nyssen  
Roland Castro, architecte-urbaniste Chargé de mission sur le Grand Paris Rallié de la première heure à En Marche et ayant appelé à voter pour E. Macron
Source: France info

C'est le nouveau monde selon Macron!

 

La méthode Macron:
Depuis le 01.07.2018 la circulation sur les routes sans séparateur central est limitée à 80 Km/h au lieu de 90. La mesure est imposée d'en haut et sans concertation malgré le tollé qu'elle provoque et malgré la chute spectaculaire de la popularité du couple exécutif Macron-Philippe. Cette méthode n'est-elle pas celle de l'ancien monde?

LREM: Un parti exemplaire?

Le candidat Macron avait promis, en cours de campagne électorale, une loi de moralisation de la vie publique devant faire de LREM un parti exemplaire rompant avec l'"ancien monde".

LREM s'avère être un parti sous l'unique commandement d'Emmanuel Macron: Ainsi Christophe Castaner, "candidat" unique, est nommé à la tête de LREM "sur proposition" de Macron. Dans un nouvau monde on aurait pu s'attendre à une élection par les membres et sous une forme un peu plus démocratique.

L'exemplarité des membres en situation de responsabilité:
François Bayrou, garde des sceaux, ministre de la justice soupçonné d'avoir couvert des emplois fictifs est contraint de démissionner.
Marielle de Sarnez, ministre des affaires européennes: idem
Sylvie Goulard, ministre des armées: idem
Richard Ferrand, ministre de la cohésion des territoires, mis en cause dans une affaire immobilière a fait l'objet d'un non lieu (Provisoire?).
Thierry Solère
, débauché de LR après avoir dirigé la campagne de Fillon, membre de LREM depuis le 26.11.2017 est poursuivi dans une affaire de fraude fiscale.

LREM : Rayan Nezzar démissionne de sa fonction de porte-parole. Au cœur d'une vive polémique après des tweets injurieux envers des personnalités politiques, Rayan Nezzar a quitté son poste de porte-parole ce lundi 08.01.2018. Source AFP cité par Le Point.

Courant mai 2018 Muriel Pénicaud, ministre du Travail, est convoquée par un juge d'instruction, sous le statut de témoin assisté, dans l'affaire Business France. Cette affaire vise le financement d'un "déplacement" d'Emmanuel Macron, alors Ministre de l'Economie, à Las Vegas au cours de la campagne présidentielle de 2017. La moralité du nouveau monde semble bien remise en cause!

Début juin 2018 le Parquet National Financier ouvre une enquête préliminaire sur Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée, pour prise illégale d'intérêts et trafic d'influence, suite à une plainte déposée par l'association anti corruption Anticor. Alexis Kohler est considéré par certains comme le deuxième cerveau de Macron.

 

Les lobbys toujours à l'oeuvre: Le candidat Macron avait aussi fait des promesses en matière de nucléaire, d'agriculture, d'environnement...
La promesse d'interdiction du glyphosate d'ici 2021 est restée lettre morte. Elle n'a même pas été inscrite dans le projet de loi débattu au parlement, malgré des demandes jusqu'au sein de la majorité (au moins 70 amendements déposés par des députés LREM et rejetés en bloc).
Le ministre de l'Environnement Nicolas Hulot n'en finit pas de menacer de quitter le gouvernement à chaque couleuvre qu'il est obligé d'avaler. Le lobby de la chasse provoquera une "overdose de couleuvres" et une démission fracassante le 28.08.2018.

C'est cela le nouveau monde ?

 

Puisque Macron et Larem nous le disent...

Des bretonnes illettrées chez GAD.
17 septembre 2014: Macron, ministre des finances, au sujet des difficultés économiques des abattoirs GAD: "Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées..."

Travailler pour un costard.
27 mai 2016: Macron, ministre des finances, en déplacement à Lunel (Héraut), à l'adresse de deux hommes qui l'interpellent dans la rue à propos de la loi travail:
"Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler!"

Des gens qui ne sont rien.
29 juin 2017: Macron, président de la République, lors de l'inauguration de la Station F, campus géant dédié aux start-up : "Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien".

Les fainéants.
08 septembre 2017: Macron, président de la République, en visite à Athènes: "Je ne céderai rien [...] aux fainéants".

Au lieu de foutre le bordel.
04 octobre 2017: Macron, président de la République, en visite en Corrèze s'exprime au sujet des salariés de GM&S restés sur le carreau suite à la reprise très partielle de leur entreprise et qui sont venus bruyamment attirer son attention:
"Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes". Alain Rousset, président de région lui répond par une petite leçon de morale: "On ne règle pas le problème d'une manière forcée".
Vidéo sur BFMTV

Macron, chef des "Gaulois"
29.08.2018 Macron est en visite au Danemark, toujours aussi méprisant vis à vis de ses propres compatriotes, a opposé la culture danoise au "Gaulois réfractaire au changement".
Ne serait-ce pas plutôt Emmanuel Macron qui serait réfractaire au changement? Ne serait-ce pas lui qui veut renforcer ce système déjà ancien qui favorise les riches en prenant aux pauvres? Quand Nicolas Hulot démissionne c'est précisément parce que Macron s'oppose à tout changement, y compris écologique, car cela mettrait en cause LE système.

Patientez 2 ans... 15 octobre 2017: Emmanuel Macron donne sa première interview télévisée aux Français. "La plénitude des réformes [et leurs effets sur le chômage] vous les verrez dans un an et demi, deux ans". Pendant ce temps

  • les riches empochent les bénéfices de "l'allègement" de l'ISF,
  • les patrons bénéficient de "l'allègement" des droits des salariés et
  • les plus démunis ne bénéficient que du mépris. Pas n'importe quel mépris cependant: un mépris éthymologiquement expliqué, signifiant dans le langage populaire qu'il s'agit, en fait... de considération!

On s'attendait à ce que les préoccupations d'un Président de la République qui se veut "branché et communicant" soient autres que des préoccupations de sémantique et d'explication de vocabulaire. En effet

  • il utilise des mots populaires à bon escient et, s'il les assume, il n'a pas à perdre de temps avec leur explication ultérieure,
  • soit il ne les utilise pas et il n'y a alors aucun besoin de les expliquer.
  • La vraie question n'est d'ailleurs pas de savoir si les mots "fainéant" ou "bordel" ... choquent mais plutôt de savoir ce que ces mots veulent dire dans la bouche d'un Président.

"Qu'ils viennent me chercher!"...
Dans l'affaire Benalla, Macron rompt le silence devant un parterre de ministres et de députés LREM acquis à sa cause: "C'est moi qui ai fait confiance, c'est moi qui ai confirmé la sanction" ... "Qu'ils viennent me chercher" lance-t-il, comme un défi de cour d'école.

 

Les députés larem sont trop intelligents !

Suite l'annonce par le Président de la République de mesures destinées à calmer l'insurrection des gilets jaunes, Gilles Legendre, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale a annoncé le 16.12.2018 que les membres de la majorité ont été "trop intelligents, trop subtils, trop techniques dans les mesures du pouvoir d'achat".
Sans doute a-t-il estimé - à juste titre - que cela froisserait trop s'il avait dit que "les Français sont trop cons pour comprendre..."

 

"il y en a qui déconnent"
"Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car y en a qui font bien et il y en a qui déconnent", a lancé Emmanuel Macron, mardi 15 janvier 2019 lors du lancement du grand déballage national.

 

Un billet d'humeur inspiré par une chanson de Renaud

"Hey Manu, rentre chez toi , y a des larmes plein ta bière.... "

"Toi Manu, qui te dis président de tous les Français, tu n'as pas de larme dans ta bière, mais du mépris dans toutes tes phrases: "ceux qui ne sont rien, fainéants, ceux qui foutent le bordel et qui n'ont qu'à aller chercher du travail ailleurs...."
Mais tu crois quoi Manu?
Tu crois que quand tu as trimé toute une vie pour 1200€ par mois pour te payer une petite bicoque , c'est facile de tout quitter pour aller trouver du travail ailleurs?
Mais d'où tu sors, Manu?
Tu as déjà cherché du travail, toi?
Tu as déjà cherché un logement, toi?

Tu as déjà abandonné ta famille pour aller travailler ailleurs, toi?
Tu t'es déjà demandé le 15 du mois comment tu allais faire pour mettre à manger dans l'assiette de tes enfants, toi?
Tu as déjà fait 150 kms pour aller bosser dans une voiture qui a 10 ans parce que tu n'as pas les moyens pour t'en payer une neuve et que tu pries pour qu'elle ne te lâche pas sur la route, toi?
T'es au courant qu'il y a des gens qui bossent comme des chiens dans des usines, qui se lèvent le matin à l'aube, qui font les 3X8 , qui sont dehors pour travailler qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige ou qu'il fasse 40° à l'ombre?
T'es au courant que des retraités retournent au travail parce qu'ils n'arrivent pas à vivre?
T'es au courant que les étudiants ne trouvent pas un premier emploi parce que l'école est déconnectée de la réalité?
Mais d'où tu viens, toi? de Mars?
T'es encore plus méprisant que le petit Nicolas, et franchement j'ai du mal à croire que c'était possible.
Limite, je regrette la maladresse de François devant les grands de ce monde, son côté bisounours, ses petites phrases à côté de la plaque... mais jamais il n'a été méchant avec son peuple. Alors que toi, t'es méchant Manu, tu es né avec une cuillère en argent dans la bouche et tu viens donner des leçons aux gens qui triment pour boucler leur fin de mois.
Moi à ta place, j'aurais honte, j'irais me cacher au fond d'un trou, je présenterais des excuses publiques aux infos de TF1 (pas France 2 hein, toi tu préfères les riches)
Mais toi, non, t'es droit dans tes bottes. Enfin tes bottes... je m'entends, tes chaussures à bouts pointus à 600€ la chaussure......
Tu crois que "ceux qui ne sont rien" aiment trimer comme des cons pour se faire assassiner par les impôts pendant que tu fais des cadeaux à ceux qui paient l'ISF?
Tu crois que ceux qui font grève sont contents de perdre leur salaire pour défendre leur gagne-pain?
Et puis tant qu'on y est, t'as qu'à interdire le droit de manifester, t'es plus à ça près avec tes lois liberticides .....
Vas y Manu, enfonce le clou, après tout, tu as été élu par les "fainéants, ceux qui foutent le bordel et qui ne sont rien", mais tu n'es pas le président des Français, t'es le robin des bois des riches, tu prends aux pauvres pour engraisser tes potes du CAC40 !

Anonyme

Haut de page