Changer de bocal pour
Changer la société

Terrorisme

Résumé

Le mot terrorisme dérive du mot terreur: Peur violente qui paralyse. Il désigne des actes de violence ou d'intimidation qui peuvent prendre la forme d'attentats, d'assassinats, de prise d'otages, de destruction, de sabotage...

Son objectif est de frapper l'opinion et de créer un climat d'insécurité. Le but du terrorisme est d'exercer une pression, un chantage sur un gouvernement, une communauté, un pays, un système. Il peut être commis par un individu, une organisation, un état. Il peut être de nature fanatique (idéologie, religion) ou politique.

Le terrorisme (comme le grand banditisme) se pratiquait en suivant des "règles". Aujourd'hui la règle est devenue aléatoire ce qui rend la prévision et la parade impossible. Une chose est certaine: Internet y joue un très grand rôle.

 

Les rivalités belliqueuses entre peuples, pays ou états ne se traduisent plus aujourd'hui par des guerres "conventionnelles", le pouvoir destructeur, sous forme nucléaire, étant concentré aux mains des deux super puissances USA et Russie. Ceux qui ne veulent pas se soumettre à ces deux puissances ont deux choix: soit développer leur propre arsenal nucléaire comme tentent de le faire la Corée du Nord et l'Iran, soit développer un autre type de pouvoir: le terrorisme.

Le terrorisme nécessite de bien moins gros moyens financiers et technologiques. Il se fonde sur la propagande idéologique destinée à fanatiser tout ou partie d'une population. Chaque individu fanatisé peut alors être utilisé comme une arme en la forme de kamikaze pouvant exécuter des attentats suicides en tout point du globe.
Par ailleurs, le développement mondial d'internet permet de "formater" à distance de tels kamikazes. L'idéologie terroriste se comporte alors comme un virus informatique pouvant contaminer tout individu potentiellement réceptif de par sa condition de déraciné, de rejeté social ou de révolté.

Une fois lancée et entretenue, une telle contamination n'est plus contrôlable que par une contre propagande généralisée; un peu comme si pour arrêter une épidémie diffuse on arrosait la totalité du globe terrestre d'un puissant antivirus. Cette solution n'étant que peu envisageable, il est à craindre que nous ne soyons pas au bout de ce type menace.

Les autorités annoncent, à grand renfort de media, que les djihadistes islamistes de Daech en Syrie sont en voie d'extermination. Soit! encore faudrait-il aussi parler des dégats collatéraux sur la population civile masssacrée pour arriver à éradiquer les terroristes... Mais dans tous les cas il ne s'agit que d'une éradication physique des islamistes. L'idéologie de Daech a envahi le monde entier via internet et ce ne sont pas les victoires obtenues en Syrie qui vont mettre fin à la propagation du virus islamiste. Malheureusement!

 

Profil type du terroriste du 21° siècle:

Les autorités responsables de la sécurité cherchent à établir un profil type du terroriste. Une fois établi, l'utilisation d'un programme informatique ad hoc permettrait de comparer ce profil aux données des fichiers en stock et d'établir une liste des terroristes potentiels. Pour l'heure, un tel profil est tellement flou que vous, moi, Monsieur ou Madame Toulemonde pourraient être suspectés. Seuls deux critères semblent caractérisés: les terroristes européens sont plutôt jeunes avec un parcours enfance-adolescence cahotique.

Les auteurs des attentats commis en France depuis 1995 sont des jeunes qui ont eu une enfance tourmentée, voir "malheureuse", souvent avec placement dans des foyers. S'estimant victimes d'une profonde injustice sociale ils ont en eux "la haine" (dans son sens le plus exacerbé) pour la société. Ils s'expriment par la délinquance et commettent des vols pour se donner les moyens de vivre "à la hauteur" des classes moyennes; ce qui les conduit à avoir des démêlés avec la police et la justice. La plupart ont connu la prison.

"Ce ne sont pas des fous, ni des monstres. Ce sont des enfants normaux et en détresse, façonnés intentionnellement par une minorité qui veut prendre le pouvoir. Ces enfants sont abandonnés, en difficulté psychosociale et éducative, et il faudrait d'abord les éduquer. Ils le sont par les réseaux sociaux qui sont une arme pour façonner ces jeunes. Internet véhicule une représentation facile de la réalité, une pensée paresseuse à l'origine de toutes les théories totalitaires. Avec une minorité d'hommes formés, payés et armés, manipulés et fabriqués, on peut détruire une civilisation. Cela a été fait. L'inquisition et le nazisme l'ont fait."
Boris Cyrulnik dans une interview sur TV7 Bordeaux

Ils ne sont pas islamisés à priori mais sont devenus musulmans puis djihadistes sous l'emprise d’un gourou, et/ou se sont convertis par leurs lectures sur Internet, et/ou se sont radicalisés en prison.

Les principaux groupes terroristes

Les organisations terroristes sont extrêmement nombreuses de par le monde. On en trouvera une liste ici. Les deux plus connues et qui commettent des attentats en Europe sont Al-Qaïda et Etat Islamique.

Daech ou EI

La plupart des attentats commis depuis 1995 en France et en Europe sont revendiqués par le groupe Etat Islamique EI autrement connu sous le nom de Daech. Malgré l'horreur de ses exactions, ce groupe exerce une forte influence attractive sur nos compatriotes. Pour s'en convaincre, regardons les résultats de ce sondage effectué à la demande de l'agence de presse officielle russe Rossiya Segodnya par ICM Research (en) au Royaume-Uni, en France et en Allemagne en juillet 2014:

Question: « De ce que vous connaissez, dites-nous si vous avez une opinion très favorable, assez favorable, assez défavorable ou très défavorable de l’État islamique en Irak et au Levant, aussi connu sous le nom d'Isis ».

Au Royaume-Uni, 2 % des personnes interrogées déclaraient avoir une opinion très favorable de l'EI, 5 % assez favorable;

En France, 3 % des personnes interrogées déclaraient avoir une opinion très favorable de l'EI, 13 % assez favorable; En outre 27 % des 18-24 ans avaient une opinion favorable;

En Allemagne, 0 % des personnes interrogées déclaraient avoir une opinion très favorable de l'EI, 2 % assez favorable.

L'attractivité de Daech réside dans son mode de propagande. Elle utilise la même technique que les gourous des sectes: Une propagande généralisée, accessible à tous via internet. Elle vise des individus passe-partout, en mal de vivre, pour les embrigader via un discours adapté à leur condition leur promettant d'échanger leur piètre vie contre une vie glorieuse de héros martyrs.

 

Comment lutter?

Les gouvernements des pays européens sont, il faut bien le dire, plutôt désemparés face à la menace. A leurs débuts les attentats étaient organisés, structurés. L'analyse des modes opératoires donnaient des indices, utilisés ensuite pour déjouer d'autres attentats en préparation. Aujourd'hui les armes utilisées: armes blanches, camions béliers loués au dernier moment... deviennent banales et donc indétectables à l'avance.

La seule réponse des autorités consiste à tenter de "sécuriser" les grands rassemblements, à fermer les lieux de culte qui véhiculent la propagande, à renforcer l'assignation à résidence, à multiplier les perquisitions...
Ces mesures, notamment la multiplication de la présence policière, sont destinées à rassurer le citoyen peureux et crédule, mais ne sont pas concrètement de nature à empêcher l'action d'un kamikaze. Pour être efficaces, il faudrait que ces mesures permettent la mise hors d'état de nuire des futurs terroristes. Mais elles se heurtent à la notion de liberté individuelle et ne peuvent s'appliquer qu'aux cas de flagrant délit et donc... trop tard.

La vraie réponse consiste à admettre que c'est la société, telle qu'elle est conçue et telle qu'elle fonctionne, qui génère elle-même les révoltes et qui permet la récupération de ces révoltes par des organisations dont le seul objectif est d'être califes à la place du calife.

Pour arrêter ce processus il n'y a d'autre solution que de repenser et réorganiser la société pour qu'elle soit - non pas égalitaire mais - équitable, qu'elle offre les mêmes chances à tous, en particulier dans le domaine de l'éducation sociale.

Haut de page